CE QUE NOUS FAISONS POUR AVOIR UN BILAN CARBONE NÉGATIF

Passer de belles vacances ne se limite pas à passer de bons moments

CE QUE NOUS FAISONS POUR AVOIR UN BILAN CARBONE NÉGATIF

Il est plus important que jamais que les vacances aient un impact positif. L’idée n’est pas uniquement de passer du bon temps en famille et entre amis. Cela passe aussi par le fait de réduire au maximum notre impact sur l’environnement.

Nous savons que nos produits contribuent au changement climatique. Nous savons également qu’il est de notre responsabilité de protéger notre planète. C’est pourquoi nous prenons depuis deux ans des mesures visant à réduire nos émissions de carbone.

L’objectif est d’aller encore plus loin que la neutralité carbone. Nous voulons en effet que notre marque affiche un bilan carbone négatif. Pour cela, nous devons compenser nos émissions avec des projets axés sur le carbone bleu, et investir en faveur des communautés pour réduire les émissions carbone au-delà de ce que nous émettons. C’est ce qu’on appelle la compensation carbone.

Pour marquer le lancement de ce partenariat avec SeaTrees pour la compensation des émissions carbone, nous avons rencontré Brett Giddings, le responsable développement durable de cette organisation, qui nous a expliqué en quoi consiste leur travail. Spécialiste de ces questions, Brett Giddings travaille avec des marques du monde entier pour améliorer leurs opérations en termes de développement durable.

Que fait SeaTrees ?

« Nos activités consistent à aider des marques et des particuliers à agir contre le changement climatique. Nous nous concentrons sur la régénération et la protection des écosystèmes côtiers, là où la terre et la mer se rencontrent. Nous travaillons principalement sur les mangroves, les bassins côtiers et le kelp. »

Comment a commencé l’aventure SeaTrees ?

« SeaTrees fait partie de Sustainable Surf, une ONG créée en 2012. Nous utilisons le surf et les activités aquatiques pour encourager les gens à protéger l’océan. Le programme SeaTrees a été lancé en 2019 en tant qu’élément clé des activités de Sustainable Surf. »

Comment ça marche ?

« L’océan contient 90 % du carbone qui circule dans le cycle mondial. L’idée de SeaTrees est de faire reconnaître les super pouvoirs de l’océan en tant qu’outil efficace pour absorber le carbone présent dans l’atmosphère. L’un des meilleurs moyens d’y parvenir, c’est de planter des mangroves et de protéger les écosystèmes locaux. C’est ce qu’on appelle le carbone bleu. Les mangroves sont 5 à 10 fois plus efficaces que les forêts tropicales pour séquestrer le carbone. Et le kelp est un atout formidable car tout comme la végétation terrestre, il utilise le dioxyde de carbone pour pousser, et absorbe donc du carbone. Quand le kelp pousse, de petits morceaux s’en détachent. Ces morceaux coulent alors au fond des océans où le carbone reste piégé. »

Pedro Bala: @surf.travel.explore
Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce partenariat entre SeaTrees et Orlebar Brown ?

« Orlebar Brown commence par calculer son empreinte carbone. Ensuite, nous déterminons ensemble comment compenser cette empreinte. Pour cela, nous distribuons un SeaTrees Token (jeton SeaTrees). Pour chaque tonne de carbone émise, nous trouvons un crédit carbone certifié de manière indépendante dans un bassin côtier au Cambodge. En plus de cela, nous plantons des palétuviers et restaurons des forêts de kelp. »

Travaillez-vous avec les communautés locales pour protéger les écosystèmes ?

« Le modèle mis en place au Cambodge fait passer à la population locale le message suivant : vous pouvez être payés pour protéger ces forêts au lieu de les décimer. Protéger ces zones permet d’en faire des destinations privilégiées pour l’écotourisme. Les chefs de projet locaux ont facilité la mise en place d’ecolodges pour proposer des solutions allant de l’hébergement en camping classique à certaines des plus belles offres de glamping au monde.

L’idée est de générer des emplois durables sur le long terme. En Indonésie, nous plantons des mangroves et travaillons avec l’ONG Eden Projects, qui forme les populations puis les paie pendant 10 à 15 ans pour protéger la forêt. En Californie du Sud, beaucoup de pêcheurs n’ont plus de travail parce que l’écosystème est perturbé. Nos partenaires de The Bay Foundation leur offrent un emploi pour contribuer à la restauration de l’écosystème. Peut-être qu’un jour ils pourront retourner dans cet écosystème et y pêcher. »

Qu’est-ce que la compensation carbone ?

« La compensation carbone ne consiste pas uniquement à équilibrer notre empreinte. L’idée est de faire en sorte que les émissions de carbone reviennent à un niveau équilibré pour avoir une planète vivable. Cela va plus loin que le concept de neutralité carbone, puisque l’on cherche à rendre ce que l’on a pris. »

Orlebar Brown recevra le label Ocean Positive une fois le projet finalisé : qu’est-ce que cela signifie ?

« Pour obtenir ce label, une marque doit calculer son empreinte carbone. Elle doit ensuite prendre des mesures pour séquestrer plus d’émissions qu’elle n’en génère, ce qui a un impact positif sur l’océan et la vie qu’il abrite. »