Le nouvel an autour du monde

- Par David Prior -

Le Ball Drop (boule tombante) de Time Square et les feux d’artifice du port de Sydney, vous connaissez. Mais si vous avez envie de quelque chose de différent pour marquer la nouvelle année, faites votre choix parmi ces célébrations du monde entier.



Cérémonie rituelle en l'honneur de Yemanjá, filmée par Jan Sochor

Réveillon, Brésil

Tandis que l’hémisphère nord grelotte pour la nuit de la Saint-Sylvestre, de nombreux brésiliens se donnent rendez-vous sur la plage pour le Réveillon, une fête en plein air alliant rituels et festivités non sans une certaine exubérance. Dans la ville de Salvador, centre de la culture afro-brésilienne, vous pourrez vous joindre à la population locale pour vous déhancher sans complexe sur le rythme endiablé de la musique autochtone : l’axé. Pour attirer la paix et la prospérité, les locaux se vêtissent de blanc et jettent des fleurs, des parfums et des souvenirs dans l’océan pour obtenir les faveurs de Yemanja, la déesse de la mer. À minuit, des feux d’artifice illuminent l’eau et les bateaux de pêcheurs parsemés dans la baie.




La cérémonie de purification du Melasti a eu lieu avant Nyepi

Nyepi, Indonésie

La veille du Nouvel An balinais, en mars de chaque année, seuls le chant des coqs, quelques aboiements et l’écoulement de l’eau dans les rivières et les ruisseaux viennent rompre le silence dont fait vœu l’île indonésienne à l’occasion de Nyepi, une journée officielle de calme, de méditation et de réflexion intérieure. Pendant 24 heures, quatre règles doivent être strictement observées : pas de loisirs, d’activités, de voyages ou de feux (ce qui inclut aujourd’hui les lumières électriques). Avant le festival, les villageois déambulent dans les rues en transportant d’immenses effigies d’ogoh-ogoh, qui représente les esprits diaboliques. Après avoir chassé les démons, les locaux purifient leur esprit et entrent en introspection. Repos ultime pour les oreilles, Nyepi permet aux résidents comme aux visiteurs d’entendre à nouveau leur voix intérieure.




La première visite au sanctuaire shinto du Nouvel An japonais est connue sous le nom de Hatsumōde

Nouvel An japonais

Bien sûr, vous pouvez rejoindre la foule amassée sous les panneaux d’affichage numériques du carrefour de Shibuya pour inaugurer la nouvelle année à Tokyo. Mais pour vivre une expérience plus enrichissante, visitez l’un des nombreux temples bouddhistes ou sanctuaires shintoïstes de la ville où, conformément à la tradition, les cloches sonnent exactement 108 fois. Sur certains sites, vous trouverez des fidèles vêtus de costumes traditionnels et des stands proposant des porte-bonheur, du saké et de la nourriture, notamment des nouilles de sarrasin, qui sont couramment consommées la nuit. Sur chaque site, une cloche sonne régulièrement jusqu’à minuit afin de débarrasser l’âme de ses frustrations mondaines pour l’année à venir.




Résidents jouant de la batterie pour Ashura © DR

Achoura, Maroc

Au Maroc, mouharram, le premier mois du calendrier lunaire musulman, est marqué par la fête de l’Achoura. Dans les souks, les échoppes regorgent d’instruments de musique spécialement pour l’occasion, dont les tambours taarija. Munis de ces petites percussions, les jeunes se regroupent dans leurs quartiers et entonnent des chants traditionnels. Une variété de fruits secs, de pâtisseries et de sucreries s’offrent et s’échangent, tels que les fekkas, sortes de biscotti aux amandes et aux raisins secs. La veille du jour J, les enfants allument des pétards et se jettent des bombes à eau pour donner le coup d’envoi des festivités.




Des mets traditionnels sri-lankais pour Avurudu © BT Images

Nouvel An sri-lankais

Bien que le Nouvel An sri-lankais soit célébré différemment par les cingalais et tamouls, la nourriture et la famille sont au cœur de la fête chaque mois d’avril. Dans les communautés cingalaises, où le festival est connu sous le nom d'Avurudu, on entend le son des tambours dans les temples et on sent les odeurs de friture et de pâtisserie dans les foyers, où sont préparées des sucreries telles que les aggala et les kokis. Chez les hindous tamouls, qui célèbrent Puththandu au même moment, on fait bouillir un mélange d’herbes, de lait, de safran et de fleurs pour en enduire les chefs de famille, et on prépare avec soin du riz sucré avec du jaggery, des noix de cajou et des prunes. Pendant cette période, l'île baigne dans une atmosphère détendue et festive, tandis que les résidents échangent des cadeaux et partagent des repas en famille et entre amis pour accueillir la nouvelle année sur une note positive.






Écrit par David Prior, fondateur et PDG de PRIOR, club de voyage réservé aux membres. Découvrez les itinéraires sur mesure de PRIOR et toute une série d’expériences, de voyages, d’événements et de fêtes d’exception à travers le monde sur www.prior.club .



LES FAVORIS DE DAVID PRIOR